Un trotskiste ose ce livre : L’islam, nouveau cancer du mouvement ouvrier

Islamcancer1-4.jpg

Il est des hasards étonnants. Alors que, avec le silence complice de l’ensemble de la classe politique, des associations dites laïques et des syndicats, Macron vient de décider de brader la loi de 1905, en accordant 10 millions à l’islam de France et à ceux qui formeront les imams sévissant en France (alors que la République ne reconnaît aucun culte), les Éditions Riposte Laïque publiaient leur 22e ouvrage, intitulé « L’islam, nouveau cancer du mouvement ouvrier ».

Chose qui va étonner nombre de nos lecteurs, l’auteur, Patrick Loiseau, est un militant trotskiste, qui se revendique toujours membre d’une organisation de la IVe Internationale. Une occasion pour notre fondateur de réagir doublement. D’abord par cette vidéo, suite aux décisions criminelles de Macron sur la laïcité…

… Et ensuite par cette préface que Pierre a rédigée, en accord avec l’auteur.

Enfin un trotskiste islamophobe ! 

Au début des années 2010, les animateurs de Riposte Laïque se posaient quelques questions. Plus de la moitié de la rédaction venait de la gauche, et avait décidé, en septembre 2007, de faire du combat contre l’islam sa priorité. 

Le fondateur, moi-même, venait du PC et de la LCR, avait milité à la CGT et dans des associations laïques. La cofondatrice, Brigitte Bré Bayle, aujourd’hui décédée, avait été candidate à plusieurs élections locales, chez les Verts. Robert Albarèdes avait été maire PCF de Gréasque, pendant deux mandats. Christine Tasin avait milité au Parti socialiste, et à la Licra. Guylain Chevrier, aujourd’hui vice-président du Comité Laïcité République, venait du Parti communiste. Alain Rubin avait longtemps milité chez les trotskistes de l’OCI. Michel Ciardi venait du Parti communiste et de la CGT. Anne Zelenski, présidente de la Ligue du Droit des Femmes, avait été proche du Parti socialiste, auquel appartenait encore Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes. Pascal Hilout, apostat de l’islam, avait eu des engagements dans la gauche marocaine dans ses jeunes années. Jocelyn Bezecourt, anticlérical, ne cachait pas ses sympathies pour la mouvance anarchiste. Mireille Popelin, qui osait écrire contre l’insécurité de son quartier, à Villeurbanne, était encartée au Parti communiste. Pierre Baracca se disait marxiste et souverainiste. Gabrielle Desarbres venait de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Rosa Valentini avait des sympathies pour les marxistes. Jean-François Chalot se disait toujours trotskiste, mais sa conception laïque l’amenait à refuser le voile islamique à l’école publique, et à nous proposer régulièrement des articles. Hubert Sage était franc-maçon, au Grand Orient de France. 

Bien sûr, au fur et à mesure de l’évolution de la situation, et de certains choix d’alliances de Riposte Laïque (apéro saucisson-pinard, Assises internationales contre l’islamisation de nos pays), nombre de ces amis ont choisi d’autres cieux pour continuer ce combat, ou le cesser. Certains sont demeurés des amis, d’autres ont coupé les ponts avec nous, souvent par crainte de subir eux-mêmes les lynchages médiatiques et judiciaires auxquels nous étions confrontés, pour oser affronter de face l’islam, sans tourner autour du pot, et dire que ses lois étaient incompatibles avec la France. 

Nous espérions réussir à détacher des pans entiers de la gauche, car pour nous, les valeurs que nous avions défendues, dans le combat social, républicain, laïque, féministe, patriote, mais surtout dans celui de la défense des libertés publiques, de la parole libre, du droit de croire ou de ne pas croire, de la liberté de conscience, étaient menacées par la montée de l’islam. Il nous paraissait inconcevable que des gens de gauche, élevés pour beaucoup dans la laïcité, mais aussi dans l’anticléricalisme pour s’émanciper de la place du catholicisme dans la société française, puissent accepter sans combattre l’islamisation de notre pays. Or, ce que nous espérions ne s’est pas produit, au contraire, la gauche, souvent par clientélisme, se révélera la meilleure alliée des soldats d’Allah.

Par conformisme, par lâcheté, par peur d’être amalgamés à l’extrême droite, au racisme, des millions d’électeurs et de militants de gauche se sont couchés, lamentablement, devant le rouleau compresseur islamique. J’ai dénoncé cela dans un livre paru en 2018, « Et la gauche devint la putain de l’islam ». Christine Tasin a écrit, entre autres, sur l’offensive de l’islam à l’école  (L’islam à la conquête de l’école) et sur le fait que les assassins musulmans obéissaient au Coran. Cela lui vaudra nombre de procès. Ghislaine Dumesnil, venue de la gauche syndicale, de sensibilité communiste, paiera cher le courage qui fut le sien de dénoncer l’islamisation de la RATP, en 2012. Elle fut rejetée par la direction, par les syndicats de la RATP, peu soutenue par ses collègues, et bien sûr devint la cible des islamistes, mais aussi des musulmans dits modérés, qui, grâce à la discrimination positive de l’entreprise, devenaient majoritaires dans les dépôts. Ils opéraient un « Grand Remplacement », voulu par les différentes directions, aux ordres du gouvernement du moment. Ghislaine expliquera tout cela dans un livre inoubliable « Mahomet au volant, la charia au tournant ». 

Le sommet de la honte, qui justifie à lui seul mon livre, sera cette scandaleuse manifestation contre l’islamophobie, où, suite à une curieuse agression d’un vieux monsieur de 85 ans à Bayonne (il mourra en prison), les islamistes du CCIF entraînèrent toute la gauche dans une manifestation contre l’islamophobie, quand les dégradations contre les symboles chrétiens se multipliaient en France, à raison de trois par jour… Sans oublier bien sûr les attentats islamistes, les tirs de kalachnikov, les « voitures folles », les coups de couteau à la gorge qui étaient toujours attribués à des « déséquilibrés », l’explosion du nombre de viols et d’agressions contre les Juifs et les homosexuels. Toute honte confondue, on entendit donc, près du Bataclan, Marwan Muhammad, l’éminence grise du CCIF, faire reprendre à la foule « Allahu akbar », le cri que poussent les assassins islamistes quand ils égorgent leurs victimes, ou les mitraillent à la kalachnikov. On entendit l’islamo-gauchiste des Grandes Gueules Anasse Kazib défendre le voile à l’entreprise, et le fait que les hommes musulmans refusent de serrer la main de leurs collègues femmes. On vit même la sénatrice écologiste Esther Benbassa, défendue par Edwy Plenel, se faire prendre en photo avec une petite musulmane à qui on avait mis une étoile jaune. Et Mélenchon, qui se disait laïque et républicain, cautionnait par sa présence cette mascarade, trahissant les valeurs qu’il prétendait défendre. 

Olivier Besancenot, soutenu par les Indigènes de la République très influents chez les Insoumis, demandait l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 contre le voile islamique à l’école, qu’il qualifiait de loi raciste. Les militants trotskistes lambertistes, très présents au sein de la Libre Pensée et à Force ouvrière, après avoir combattu cette loi en 2004, puis la loi contre le voile intégral dans la rue en 2010, défendaient les prières musulmanes devant la mairie de Clichy, reprochant à la municipalité de ne pas avoir mis de lieu de prière à la disposition des fidèles. Ce qui ne les empêchait pas de continuer à réclamer l’abrogation du concordat d’Alsace-Moselle, bien plus important à leurs yeux, puisque profitant essentiellement aux catholiques, que la progression effrayante du nombre de voiles, de djellabas et de mosquées en France.

C’est dans ce contexte, où la gauche s’enfonçait dans la collaboration avec l’envahisseur, comme aux heures les plus sombres de notre Histoire, comme ils disent, que nous avons reçu le manuscrit d’un militant trotskiste, passé par l’OCI et toutes les suites de ce parti, qui ne cachait pas son appartenance à la Quatrième Internationale, et à toutes les références qui vont avec. Seule particularité, Patrick Loiseau se dit ouvertement islamophobe, et qualifie l’islam (qu’il n’appelle pas islamisme, comme le plupart de ses camarades) de « nouveau cancer du mouvement ouvrier ». 

Bien sûr, nous ne partageons pas l’ensemble des analyses de l’auteur, ni sa vision du monde. Nous sommes surpris de le voir rendre hommage au philosophe Henri Pena Ruiz ou à l’essayiste Caroline Fourest, voyant en ces personnes des combattants laïques courageux, qui se seraient opposés aux islamistes. Nous pensons le contraire, et l’écrivons régulièrement. Nous ne partageons pas intégralement, loin s’en faut le programme de transition qu’il propose, et les mesures qu’il préconise pour lutter contre « le nouveau cancer du mouvement ouvrier ». Mais nous faisons nôtre, et mettons en application, cette belle phrase, attribuée à Voltaire « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». 

Ce livre est courageux, documenté, et fort bien écrit, ce qui ne gâte rien. Il vaudra à l’auteur une excommunication que nous avons tous connue, de la part de ceux qui, tels les curés du vingt-et-unième siècle, se pensent dans le camp du Bien, et considèrent que leur mission est d’éradiquer le camp du Mal. C’est pourquoi nous avons décidé de l’éditer, pour défendre la parole libre d’un militant respectable, et, nous l’espérons, contribuer à briser le mur du silence qui, honteusement, frappe l’ensemble de la gauche, qui se trompe de combat anti-fasciste. C’est elle qui aurait dû être en première ligne pour lutter contre ce dogme politico-religieux totalitaire qu’est l’islam, et ses objectifs : imposer la loi islamique, la charia, partout où cela est possible, pour mieux préparer le Grand Califat mondial, objectif des textes sacrés de l’islam, que tout bon musulman doit contribuer à mettre en œuvre, tout au long de sa vie. 

C’est ce que nous expliquons à tous les Français depuis près de quinze ans. Puisse ce livre contribuer à ouvrir les yeux des militants de gauche et d’extrême gauche, et provoquer leur sursaut…

Alors, à vous de jouer, achetez ce livre étonnant et iconoclaste…

PRIX 19 EUROS


Règlement par chèque à l’ordre de RIPOSTE LAIQUE à envoyer à RIPOSTE LAIQUE BP32 27140 GISORS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*