Les pourris mondialistes ne gagneront pas toujours

Le livre de David Desgouilles, intitulé « Leurs guerres perdues », paraît avoir marqué notre fondateur, si on en croit sa vidéo du jour.

« Vaincus en 1992, cocus en 1995, vaincus en 2002 et enfin vainqueurs en 2005, ils avaient été une nouvelle fois cocus en 2008 ». Tout est dit, on aurait pu rajouter Chevènement qui a fait gagner Mitterrand contre Rocard, pour mieux se faire cocufier, et Seguin qui a sorti Chirac du trou, pour mieux se faire trahir au lendemain de la victoire de 1995.

Dans le contexte où Donald Trump, victorieux dans les urnes, va être victime d’un véritable coup d’État mondialiste, avec une fraude sans précédent, la complicité des juges et de la Cour suprême, des journalistes et des milliardaires qui dirigent les réseaux sociaux, et la complicité passive de l’Armée… à moins que d’ici le 20 janvier il ne se passe des choses étonnantes aux États-Unis, ce que tous ceux qui refusent l’injustice espèrent secrètement…

Cela signifie-t-il que, depuis treize ans, Riposte Laïque est toujours du côté des perdants ? Au niveau électoral, si on en reste aux élections présidentielles, la réponse est incontestablement « oui ». En 2012, nous avons pilonné la candidature du socialaud François Hollande, expliquant ce que signifierait sa victoire. Mais il a gagné, et les faits nous ont hélas donné raison. Maigre consolation.

En 2017, s’il y a un site qui a expliqué aux Français ce qu’était l’imposture Macron, et ce qu’il allait faire subir à la France durant cinq années, c’est bien le nôtre, et nos amis de TV-Libertés, qui ont tenté, à leur niveau, d’ouvrir les yeux aux Français. Hélas, nous avions encore raison, mais nous avons encore perdu.

Nous en avons donc plus que marre que les pourris, les traîtres, les collabos, les lèche-babouches, les mondialistes, les immigrationnistes gagnent tout le temps puis imposent, suite à leurs victoires, la destruction de notre pays de notre mode de vie et de notre civilisation.

Depuis treize ans, nous alertons sur la réalité de l’islamisation de la France, de l’invasion migratoire, du changement de civilisation, du changement de peuple que nous subissons. Là encore, les faits nous ont donné raison, mais cela n’a pas empêché Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice, les policiers de Magnanville, le père Hamel, Mickael Harpon et la décapitation de l’enseignant Samuel Paty. Mais, surtout, que les Français continuent d’élire des ordures aux postes de maires, de conseillers départementaux, de conseillers régionaux, de députés européens qui nous imposent 450.000 nouveaux clandos, tous les ans, avec, bien sûr, leur lot de crimes sordides, de cambriolages, de trafics de drogue, de viols et d’agressions gratuites ; même si, bien sûr, tous les clandestins ne sont pas des délinquants (phrase obligatoire pour ne pas se retrouver devant la 17e chambre).

En cette année 2020, nous avons, à notre modeste niveau, expliqué pourquoi, pour les souverainistes identitaires, la victoire de Donald Trump était capitale. Mais ce ne sont pas nos lecteurs qui votaient, ni les Français. Heureusement d’ailleurs, sinon, vu le matraquage médiatique des journaleux français, le Président sortant n’aurait pas atteint 20 %.

Dès le début de l’année 2020, nous avons alerté nos compatriotes sur la réalité de la pandémie qui nous était présentée, pour nous imposer toujours plus de mesures liberticides. Malheureusement, même si les faits nous donnent raison, Macron, Philippe, puis Castex, Véran et l’ensemble du gouvernement sont toujours aux manettes. Et nous en sommes à un couvre-feu généralisé à 18 heures, avant de nouvelles mesures encore plus sévères.

Certes, nous mettons en avant la résistance qui se met en place, autour de la coordination des soignants, pour la liberté de soigner et de prescrire, des initiatives juridiques de maître Brusa, et de la mobilisation qu’essaie d’impulser, de manière exemplaire, Florian Philippot. Ce samedi, malgré la neige et le froid, il y avait encore près de cinq cents personnes, et Christine Tasin a pu s’exprimer, après Nicolas Dupont-Aignan, et avant le président des Patriotes. Cela avait de l’allure.

Nous savons, et la victoire volée du sénile Joe Biden chez les Ricains puis celles de Hollande et Macron en France le confirment, que le combat est terriblement inégal. Car ils disposent de tous les moyens, financiers, médiatiques, judiciaires et idéologiques pour mentir à un peuple, par ailleurs trop souvent lobotomisé. Et quand ils perdent, comme en 2005 en France, ils s’arrangent, grâce à la connivence Sarkozy-Hollande, pour faire passer leur traité constitutionnel européen, pourtant rejeté massivement par les électeurs.

Cela signifie-t-il que nous soyons résignés à être dans le camp des éternels perdants et à voir gagner les cyniques pourris ? Bien sûr que non, car sinon nous arrêterions, tous les soirs, de vous proposer un journal complet avec quinze articles exclusifs, rédigés par des bénévoles, et une vidéo tous les matins.

Regardez ce magnifique texte, que nous faisons nôtre, envoyé par un de nos correspondants.

Nous sommes dans une période où le système se fissure. Macron est grillé et ses faiseurs de maîtres cherchent remplaçant, homme ou femme. Ça peut basculer très vite et il y aura un effet domino avec l’effondrement.  Nous avons déjà depuis un an une accélération des contradictions du système. La machine s’emballe.

Ça fait penser à l’avant 1989. Nous sommes la nouvelle URSS qui va coincer et bloquer.  Les dégâts seront importants. Le scandale Duhamel-Kouchner a réveillé des prolos qui croyaient l’élite supérieure en intelligence, compétence et légitimité. Des prolos qui croyaient que le gouvernement est la gentille nounou qui les protège, voient que le fric des labos donne les ordres aux politiques et aux docteurs vendus.  Les prolos prennent peur, car ils ont compris qu’on n’a pas voulu les soigner. Et maintenant qu’on veut les tuer avec les vaccins. Les gens n’ont pas l’esprit tordu et calculateur des prétendues élites.

Il faut donc du temps pour que l’instinct de conservation et de survie fasse revenir le bon sens en sortant de l’hypnose collective.  Il faut la maturation pour comprendre.  Et quand les gens auront peur de manquer de nourriture, ça accélèrera le processus de prise de conscience. Il faut laisser le temps au temps, selon les mots du salaud cynique et manipulateur.

Ça bouge, ça se précise. Raoult avec Perronne et autres sommités ont été des pères protecteurs de la nation qui ont agi en sages pour redonner la voix/voie de la raison au corps social quand les politiques étaient des traîtres et des vendus.

Mais des médecins s’organisent, des restaurateurs se rebiffent, Philippot est excellent en mobilisateur… Le peuple est attentiste, donc attend que la situation soit mûre et que les mâles alphas débutent la révolte pour eux, comme toujours !  Ça avance comme une marée avec ses courants sous-marins !

Nous sommes sur une ligne de crête, on va gagner, surtout si, contrairement à la période des Gilets jaunes, les forces de l’ordre et l’armée, quotidiennement humiliés par Macron, choisissent le camp du peuple et de la France, comme l’avaient fait les braves piou-piou du 17e !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire