Après la gauche pédophile, la gauche raciste

Le remarquable Guy Millière publiait récemment, sur le journal ami Dreuz, un remarquable article intitulé : « La destruction de la civilisation par la gauche se poursuit ».

Parallèlement, en France, malgré le silence médiatique, les Français découvrent, quotidiennement, la réalité de ce travail de déconstruction, mené depuis mai 1968, avec un succès incontestable, hélas.

Ils ont d’abord découvert, suite au scandale Duhamel, que cette gauche avait encouragé, sans vergogne, la pédophilie en France, et qu’elle avait assuré l’impunité des Daniel Cohn-Bendit, Olivier Duhamel. Et combien d’autres, qui se sont distingués, hier et aujourd’hui, dans les pays du Maghreb en utilisant de la chair fraiche, sans vergogne ? Nos compatriotes ont pu découvrir ce monde de dégénérés, grâce au livre de Camilla Kouchner, « La Familia Grande », et ont eu la confirmation que – dans ce monde – on poussait les enfants à avoir des relations sexuelles au plus vite, et que, sous couvert de leur émancipation sexuelle, cette caste se servait d’eux pour assouvir ses fantasmes. Ils ont pu découvrir le silence complice de Mélenchon et de ses compères, obsédés par les dissolutions de ceux qui ne pensent pas comme eux, et peu pressés de se mettre à dos des alliés potentiels, fussent-ils pédophiles.

A présent, les Français, qui pensaient que la gauche incarnait l’antiracisme, découvrent une mafia qui assume son racisme, sans le moindre complexe. Ceux qui suivaient le combat antiraciste, et le subissaient, connaissaient déjà depuis longtemps l’ampleur de l’imposture. Ils avaient compris que ce combat ne servait qu’à détruire l’Occident et sa culture, en culpabilisant le seul Homme Blanc, pourtant le moins raciste, et en taisant la réalité des agressions quotidiennes, subies par les Français et leurs enfants à l’école, qui vient toujours de la part des populations africaines – noires ou arabes – et jamais des Asiatiques. Ils avaient analysé que ce combat servait à imposer une immigration massive de peuplement, à changer notre mode de vie, notre culture, notre civilisation, et donc notre peuple.

 

Quand Sopo et ses complices osaient nier le racisme anti-blancs, cela ne faisait pas trop de vagues, tant était grande la complicité de l’ensemble du système mondialiste et de ses médias. Dans la plus parfaite logique, l’Unef a reproduit ce discours, mais a franchi une étape avec ses réunions racialistes, qui autorisent à certains de participer à des réunions que d’autres, à cause de leur couleur de peau, ne peuvent honorer de leur présence.

Ce qui est nouveau, c’est que toute cette gauche, après s’être vautrée dans la collaboration avec les islamistes du CCIF, par une manifestation contre l’islamophobie en novembre 2019, après s’être mise à genou devant le racialisme haineux des Black Lives Matter quelques semaines après, continue de tomber le masque en soutenant, et avec quelle virulence – n’est-ce pas Mélenchon ? – les racistes de l’Unef, dont une vice-présidente, qui s’est réjouie que Notre-Dame brûle et qui appelle ouvertement à « gazer les Blancs ». Et tous les anciens de l’Unef, qui ont, avec SOS Racisme, fourni les cadres de la gauche depuis quarante ans, montent au créneau, en dénonçant rien de moins qu’une campagne de l’extrême droite contre leur beau syndicat pourri, devenu raciste.

Ceux qui ont fait croire, depuis cinquante ans, que dénoncer l’invasion migratoire, l’islamisation de notre pays et l’insécurité qui va avec, c’était du racisme, tombent enfin le masque. Ils tiennent, et défendent, des propos racistes, justifiant l’exclusion des Blancs dans certaines réunions, alors qu’ils auraient demandé la dissolution du FN, et auraient multiplié les plaintes contre lui, s’il avait tenu les mêmes propos en excluant les noirs.

Après la gauche pédophile, voici la gauche raciste au service de la destruction de la France et de l’Occident, pour mieux imposer le mondialisme, la fin des Etats-Nations et de l’identité des peuples. S’il est une militante qui incarne cette dégénérescence, c’est bien Audrey Pulvar. Elle a protégé son père, syndicaliste de gauche en Martinique, mais aussi pédophile, dont la notoriété l’a aidée à entrer à la télévision. Elle racontait – il y a encore quatre ans – qu’il était un héros, avant de le rejeter, quand ses cousines ont dénoncé ce qu’il était vraiment.

https://ripostelaique.com/audrey-pulvar-mon-pere-ce-heros-ce-pedo.html

Et là, elle vient de se distinguer en tenant des propos ouvertement racistes, imposant aux Blancs de se taire devant les Noirs, rien de moins ! Et il se trouve des militants de gauche, chez les écolos et les Insoumis, pour soutenir de tels discours, qui devraient – si nous étions dans un pays normal – lui valoir les foudres de la 17e Chambre, qu’elle mérite bien plus que les Gérard Boyadjian, Eric Zemmour, Brigitte Bardot, Georges Bensoussan, Christine Tasin, Pierre Cassen, Renaud Camus et ces dizaines de persécutés par les collabos de l’antiracisme et le Parquet aux ordres du régime.

A ce jour, aucun commentaire des associations dites antiracistes, aucun commentaire d’Anne Hidalgo, dont elle défend les couleurs aux prochaines élections régionales comme tête de liste, aucune demande de démission : il faut sauver le soldat Pulvar par tous les moyens. Car, comme le disait l’avocat islamo-gauchiste Arié Alimi (amant d’une autre dégénérée, Cécile Duflot), autre spécimen de cette clique, penser qu’un Noir puisse être raciste, c’est de la paranoïa.

https://www.fdesouche.com/2021/03/27/audrey-pulvar-nest-pas-choquee-par-les-reunions-interdites-aux-blancs-organisees-par-lunef-jaurais-tendance-a-dire-aux-blancs-de-se-taire/

Audrey Pulvar fut par ailleurs la compagne d’Arnaud Montebourg, et monta une prétendue agression raciste, dans le 16e arrondissement de Paris, pour faire accuser le FN. Elle a sévi, sur le service public, des années durant, grâce à Ruquier, imposant son discours moraliste, hautain et progressiste aux invités et aux Français. Sans parler de ses lunettes à 15.000 euros, ce qui ne l’empêchait pas de prétendre défendre le plus pauvres, surtout quand ils étaient noirs…

Cette gauche pédophile et raciste, c’est aussi celle de Macron, puisqu’il vient de nommer au CESE un représentant de l’Unef, montrant clairement qu’il n’entend pas faire payer à ce syndicat, ni à ses soutiens, ses positions racistes.

https://resistancerepublicaine.com/2021/03/27/macron-nomme-un-membre-de-lunef-au-cese-3850-euros-mensuels-de-recompense-pour-le-racisme-anti-blanc/

Il aura tant besoin d’eux, en 2022, pour glapir sur tous les plateaux de télévision que « les chars nazis sont aux portes de Paris », que « la République est incompatible avec le racisme et le fascisme », et autres escroqueries sémantiques qui ont aveuglé les masses depuis cinquante ans, pour le plus grand bonheur de ceux qui se sont donnés comme mission – comme Macron, Mélenchon, Jadot, les communistes, les gauchistes, les socialistes et les antiracistes – de détruire la France et sa civilisation. Et pour accomplir ce dessein, ils ont largement infiltré l’appareil d’Etat, depuis l’arrivée de Mitterrand au pouvoir.

En 2022, les Français auront le choix de voter pour la France, ou pour les mondialistes pédophiles racistes de gauche qui veulent la détruire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire