Les présidents collabos LR-PS en tête dans leurs Régions, fiasco pour le RN

A l’ouest rien de nouveau ! De moins en moins de Français votent, lors des élections intermédiaires, dont ils ne perçoivent pas l’utilité. Sauf que cette fois, cela dépasse tous les records, puisque seulement 3 Français sur 10 inscrits ont voté. Une claque pour la caste politicarde. L’élection reine, celle qui détermine tout le reste, c’est la présidentielle !

Comme d’habitude, les politologues et autres experts dissertent pour ne rien dire, à longueur de plateau de télévision. On va parler de la coupure entre le peuple et ses dirigeants, ses prétendus élites, et on va promettre de s’attaquer au problème.

Les sondages donnaient le RN en tête dans six régions, pour 2022. Tout était prêt pour expliquer que la République était en danger. Comme en 2015, on allait voir à l’oeuvre toutes les magouilles des politicards pour barrer la route au Rassemblement national. Le Premier ministre en personne avait dit qu’il fallait tout faire pour que le parti de Marine Le Pen n’ait aucune région. Les ministres de Macron, comme le Yéti Dupond-Moretti ou Darmanin, ont multiplié les insultes grossières contre un parti qui, pourtant, ne cesse, au nom de la dédiabolisation, de donner des gages au système.

Ils se préparaient donc nous faire le coup du cordon sanitaire, expression née au lendemain de l’affaire de Carpentras, qui demeure un des plus gros scandales, en terme de manipulation, monté par les socialauds, Pierre Joxe en tête, sans que jamais justice n’ait été rendu au FN, qui était totalement innocent de cette profanation. Et puis les trotskistes Dray et Cambadélis nous ont fait le coup du front républicain pour barrer la route au FN, qui n’était, paraît-il, pas un parti comme les autres. Mélenchon et Charlie Hebdo ont même, dans les années 1995, demandé son interdiction !

Toute cette mascarade fonctionne, en France, parce que la Droite s’y prête, et se laisse piéger par une gauche qui n’a aucun scrupule à multiplier les alliances entre les écolos dégénérés, les nostalgiques du Parti communiste de Staline, les disciples de Pol Pot et les socialauds, sans oublier les LREM !

Clin d’oeil de l’Histoire, toute cette gauche de collabos se réclame encore de Mitterrand, qui fut du côté de Vichy, et reçu la Francisque, quand Jean-Marie Le Pen, orphelin à cause de la guerre, eut quelques actions héroïques, malgré son jeune âge.

Sauf que pour cette élection, contrairement à 2015, ce cinéma ne sera pas nécessaire. Tous les pourris collabos immigrationnistes qui dirigent les Régions seront réélus, eux ou leur clique. Ce qu’on appelait l’UMPS continue à se partager le fructueux gâteau régional, avec des alliances secrètes qui font le charme de la politique politicienne.  Cette élection est un fiasco pour le RN de Marine Le Pen, qui subit, malgré une situation politique des plus favorables, une véritable déroute par rapport à ses objectifs. A peine 20 % nationalement, et aucune région gagnable, pas même la Paca et Thierry Mariani. Ce sont les barons LR, dernières forces d’un parti en déconfiture nationalement, qui sont les grands vainqueurs de ces régionales, où les socialauds limitent les dégâts.

Le fiasco de LREM est spectaculaire, surtout dans le Nord où ils ont envoyé pas moins de cinq ministres, dont l’ineffable Yéti, avec le résultat qu’on connaît : moins de 10 % des voix, éliminés ! Belle gamelle également des Insoumis, qui pourront dire merci à Mélenchon, suite à ses derniers exploits.

Mais la grande perdante de cette élection, c’est Marine Le Pen, qui espérait voir validée sur le terrain sa stratégie de dédiabolisation. Si les sondages avaient été confirmés, elle aurait encore davantage insisté sur sa légitimité, pour représenter le camp patriote, et sur la justesse de sa politique de dédiabolisation, que certains appellent la pasteurisation. Elle s’était même permis, à quelques jours du scrutin, de se démarquer des positions d’Eric Zemmour, l’attaquant pour ses prétendues positions radicales, et s’en démarquant, de manière peu élégante.

Or, malgré l’accélération de l’invasion migratoire, malgré l’islamisation de notre pays imposée à marche forcée, malgré la montée de l’insécurité qui en découle, malgré l’imposture écologique, malgré l’épisode des Gilets jaunes, malgré la crise sanitaire et ses conséquences tragiques pour les Français, non seulement le RN ne progresse pas, mais il subit, dans les deux principales régions, les Hauts de France et la Paca, une spectaculaire régression, par rapport à 2015, où Marine et Marion arrivaient largement en tête au premier tour. Résultat, à peine 20 % de voix, nationalement !

Nul patriote sincère ne peut se féliciter d’un résultat où l’abstention profite aux collabos qui nous imposent l’immigration et l’islam, et qui contribuent à tuer la France.

Nul doute que, suite à ce résultat, nombre de Français vont, toujours plus nombreux, se tourner vers la candidature espérée d’Eric Zemmour, homme hors du système, et espérer qu’il soit l’homme providentiel- hors du système des partis traditionnels, rejetés massivement par les Français – qui permettra aux patriotes de vaincre les mondialistes, en 2022, qu’ils soient représentés par Macron ou un autre.

Il en va de la survie de la France, et Eric représente plus que jamais notre dernière chance…