Éric seul contre tous : Méluche, Macron, LR, écolos, Marine, juges, journaleux…

Éric Zemmour va donc revenir ce soir, sur CNews, pour le plus grand bonheur de près d’un million de Français à qui ses analyses exceptionnelles et son franc parler ont beaucoup manqué tout au long de l’été.

Bien sûr, il va encore faire enrager ses adversaires politiques en ne déclarant toujours pas sa candidature aux présidentielles. Il va réussir à occuper les devants de l’actualité pendant plusieurs semaines. La sortie de son livre, auto-édité, intitulé pertinemment La France n’a pas encore dit son dernier mot va probablement alimenter les polémiques les plus vives, comme d’habitude, voire susciter de nouveaux procès. Les médias choisiront-ils de le boycotter, ou l’inviteront-ils sur leurs plateaux ? Cela va être curieux à observer.

Quand Éric annoncera-t-il sa candidature ? Probablement courant octobre, si on en croit les rumeurs qui circulent dans son entourage. Seul un événement de dernière minute pourrait l’empêcher d’aller au bout de cette folle aventure. Il connaît la réalité du monde politique, et n’ignore pas qu’il évolue dans un monde de tueurs, où tous les coups seront permis pour l’éliminer. Et ces coups viendront de partout, ses rivaux politiques, mais aussi de l’ensemble de l’appareil d’État, notamment les journalistes et les juges, les mêmes qui ont dégommé Fillon, et fait élire Macron.

Il sera le vilain petit canard qui vient troubler un jeu écrit d’avance, au service de Macron et des mondialistes. Il faut promouvoir une opposition de pacotille, qui, depuis dix-huit mois, laisse Macron appliquer une dictature sanitaire de plus en plus féroce, et imposer une invasion migratoire de plus en plus massive. Elle fait juste semblant de mener des combats secondaires, pour faire illusion. Dans ce scénario, Marine Le Pen est l’adversaire rêvée du régime, car, à cause de la politique de diabolisation menée contre son parti, depuis près de cinquante ans, et de ses limites, elle paraît n’avoir aucune chance.

Mélenchon est grillé définitivement, même s’il pèse encore, pour le moment, près de 10 % dans les sondages, ce qui est, par ailleurs invraisemblable, quand on a vu l’attitude de cet excité lors de sa perquisition, et qu’on connaît sa soumission à l’islam, son immigrationnisme sans limite, et sa haine de la France et des Gaulois.

Macron, qui a détruit en quatre ans ce qu’il restait de France, et impose une féroce dictature sanitaire à notre peuple, sait qu’il dispose de l’appareil d’État judiciaire et journalistique ainsi que le vote musulman et les machines Dominion pour gagner en 2022 !

LR, et c’est au crédit de Marine, n’apparaît plus comme une alternative crédible, et des pans entiers de ses divisions se rangent dès à présent du côté de Macron. Certes, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse font de la surenchère sur des valeurs de droite (islam, immigration), mais nul ne sera dupe bien longtemps.

Les écolos, qui ont gagné de nombreuses municipalités, demeurent les clowns de la politique, et leurs primaires promettent. Ils sont capables de désigner comme candidate la plus dingo d’entre eux (et la concurrence est vive), Sandrine Rousseau.

Les cocos font semblant d’exister en nous balançant la candidature d’un illustre inconnu, leur chef, Fabien Roussel, qui ne trouve rien de mieux qu’à faire campagne pour la vaccination obligatoire et l’accueil de tous les Afghans en France !

Quant aux socialauds et apparentés, c’est le panier de crabes, le marais des crocodiles, d’où espère émerger Hidalgo la Dingo, qui rêve de tiers-mondiser la France comme elle l’a fait à Paris !

Reste Marine Le Pen, qui n’a rien à voir, bien sûr, avec tous ces pingouins, mais dont le parti est affaibli par un ensemble de purges, des départs de militants de valeur, l’échec récent aux régionales, mais qui se rêve au deuxième tour et multiplie des sondages favorables en sa faveur. Éric vient de mettre les pieds dans le plat en disant que même les militants du RN savent qu’elle n’a aucun chance.

Quant aux candidatures, certes sympathiques, de Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Frédéric Poisson, le général Martinez ou François Asselineau, elles n’ont d’autre avenir que d’être des candidatures de témoignage, qui ôteront des points aux deux principaux leaders du camp patriote : Éric et Marine.

Face à tous ces imposteurs mondialistes qui essaient d’exister, tous, chacun à son niveau, lors de cette rentrée, Éric Zemmour a un boulevard devant lui. Amoureux de son pays, désespéré par sa possible disparition à cause de l’invasion musulmane, il incarne une France différente, désintéressée. Les Français respectent sa parole libre et son courage. Il connaît parfaitement le monde dans lequel il va évoluer. Les campagnes de presse contre lui vont se multiplier, on va lui inventer des agressions sexuelles à répétition, on va lui tendre tous les pièges possibles, on va le salir sans vergogne sur tous les terrains. Les plaintes et les procès vont s’accumuler contre lui, comme ce fut le cas contre Marine et Fillon en 2017.

Mais les Français ne seront pas dupes, et plus les coups s’accumuleront contre le chroniqueur de CNews, plus ils comprendront, comme cela fut le cas pour Donald Trump en 2016, que l’appareil d’État s’acharne contre son pire ennemi, parce qu’il veut sauver la France d’une mort certaine, si Macron était réélu.

En fin renard du monde politique, Éric a compris que la meilleure défense, c’était l’attaque. Il a donc réussi, lors de sa rentrée, dans le Sud-Est, à expliquer que si Macron gagne, les musulmans seront majoritaires en 2050, que Marine Le Pen ne gagnerait jamais une présidentielle, et qu’il ignorait si LR serait capable d’organiser une primaire. Il a donc réussi à dire des vérités qui lui valent l’hostilité générale des politicards de tous bords, mais l’estime et le respect des Français, chez lesquels il suscite un énorme espoir…

Il faut savoir que bien avant que sa candidature ne soit déclarée, des équipes se sont mises en place, partout en France, pour se mettre au service de celui qui apparaît comme le dernier recours d’une France que les mondialistes ont décidé de faire disparaître. Des collages massifs ont eu lieu, tout l’été, au service de celui qui sera le seul à dire que l’islam est incompatible avec la France, qu’il faut organiser une grande remigration et arrêter l’immigration, qu’il faut arrêter le passe sanitaire, en finir avec la tyrannie écologiste et ses éoliennes, et tout faire pour que la France redevienne la France.

Et il est déjà crédité de 7 % des sondages, sans avoir annoncé sa candidature, tandis que son livre est premier des ventes sur Amazon… alors qu’il n’est pas encore publié !

Et ses fans commencent à mettre leur imagination au service de celui qu’ils appellent le Z… Et certains s’amusent bien !

La majorité des rédacteurs de RL préfère celui qui parle vrai, qui explique que l’islam est incompatible avec la France, à celle qui dit le contraire, espérant s’acheter une respectabilité par la dédiabolisation poussée au maximum. Bien évidemment, nos colonnes resteront ouvertes à tous les patriotes qui préfèrent Marine.

Et bien sûr, si Marine arrivait au deuxième tour, sans la moindre hésitation, nous la soutiendrions face à Macron, ou à tout autre candidat mondialiste.

À suivre…