Face à Eric Zemmour, Sonia Mabrouk se comporte en taupe de l’islam

Sonia Mabrouk paraît la bête noire des gauchistes, si on en croit le site Acrimed, qui traque les mauvais journalistes. Elle est même classée comme une militante d’extrême droite.

https://www.acrimed.org/Sonia-Mabrouk-militante

Dans la vie compagne du chef-cuisinier Guy Savoy, à qui Sophie Durand avait rendu hommage, elle est plutôt connue, sur CNews ou à présent sur Europe1, pour ses interviews-chocs dont ont été victimes quelques chouchous de la collabosphère.

https://ripostelaique.com/guy-savoy-le-restaurateur-patriote-qui-nous-fait-regretter-le-confinement.html

Nous l’avions aimée quand elle avait mouché l’islamiste Marwan Muhammad, le collabo Aurélien Taché et bien sûr l’ineffable écolo-dingo Sandrine Rousseau…

https://www.dailymotion.com/video/x7xnask

Mais il suffit d’approfondir un peu les choses pour constater que Sonia Mabrouk est fort loin de Zineb El Rhazoui, et qu’avec elle, il ne faut surtout pas toucher à l’islam.

Il suffit d’écouter cet entretien, par ailleurs fort intéressant, sur Europe1, pour mieux comprendre la réalité du personnage. D’abord, notons qu’à présent, depuis que Bolloré a pris les rênes de la station, on ne fait plus du Philippe Cohen, et que les plateaux sont mieux équilibrés, puisque Mathieu Bock-Coté fait partie, également, de l’entretien, ainsi qu’un journaliste des Échos.

Sonia Mabrouk interroge Éric Zemmour sur l’islam, sa compatibilité avec la France, et surtout les mesures qu’il envisagerait de prendre, des fois qu’il ait un jour des hautes responsabilités.

L’attitude de la journaliste est carrément insupportable, incorrecte et agressive. Elle caricature les positions prêtées à Éric Zemmour, et l’empêche ouvertement de parler et de développer ses positions.

Elle use de la stratégie des journalistes des chaînes de la collabosphère, posant une question pourrie, et interrompant l’invité, au bout de trois mots, pour poser une autre question, ou le contredire. C’est intolérable, mais cela révèle le fond de qui est réellement Sonia Mabrouk.

Ce n’est d’abord pas une femme sympathique, au premier abord. Il y a quelque chose de dur en elle, de très peu souriant. Mais on constate qu’il y a un tabou, chez elle. D’abord, elle se dit musulmane, contrairement à Zineb, qui se dit de culture arabo-musulmane, mais athée. Donc, Sonia Mabrouk fait sienne une religion dont les fondamentaux, depuis quatorze siècles, sont de conquérir l’ensemble de la planète, par la ruse, la violence et la guerre. Elle se montre incapable d’entendre un discours qui explique que sa religion est incompatible avec le mode de vie français, et avec les règles de notre pays.

Éric Zemmour doit faire preuve de nerfs d’acier, quelques jours après son débat avec Mélenchon, pour rester calme, correct et courtois, devant de telles pratiques journalistiques.

Elle nous vend, comme de vulgaires Sifaoui ou Zeribi, la fable des musulmans modérés. Elle nous défend l’imposture de l’islam de paix qui serait perverti par l’islamisme guerrier. Ce faisant, elle tombe le masque, et montre au grand jour ce qu’elle est vraiment : une militante musulmane, dont le discours désarme la France, et favorise la poursuite de l’implantation, à marche forcée, de l’islam en France, en endormant les Français, et en leur faisant croire qu’elle incarne, par sa réussite, un possible islam de France.

On imagine ce que serait son attitude si un président de la République décidait, pour mieux protéger la France et les Français, et les nés musulmans qui veulent s’émanciper de l’islam, de prendre les mesures nécessaires, parce que vitales : fermer les mosquées, interdire les uniformes musulmans comme le voile ou la djellaba, et interdire le halal dans notre pays. Sans parler des prénoms français et de la remigration forcée de ceux qui préfèrent les lois de l’islam, la charia, aux lois de la France.

Notre ami René Marchand avait une formule dont il a le secret pour qualifier toutes les Sonia Mabrouk de France et de Navarre : il les qualifie de « taupes de l’islam ». Nous conseillons plus que jamais la lecture de ce passionnant entretien publié sur le site Breizh Info, ainsi que l’inoubliable intervention de René, il y a à présent plus de dix ans, aux Assises internationales contre l’islamisation de nos pays.

https://ripostelaique.com/pourquoi-et-comment-interdire-lislam-rene-marchand-repond-aux-questions-de-breizh-info.html

https://ripostelaique.com/Rene-Marchand-voila-comment-l.html

Vent debout, Sonia Mabrouk serait avec les collabos et les islamistes, et lutterait, au nom des droits de l’homme, de la laïcité, de la démocratie et de l’islam modéré, contre ces mesures, avec les enfumages qu’elle profère tout au long de l’entretien.

Ce sont des personnes comme elle qui empêchent, par son discours, Éric Zemmour, le seul qui ait une position cohérente et déterminée sur la réalité de l’islam, d’aller au bout de sa logique, et qui font le jeu d’un Mélenchon et de tous les islamo-collabos, qui, au nom de la créolisation, défendent ouvertement le Grand Remplacement et l’islamisation de la France.

Sonia Mabrouk peut être une excellente journaliste, parfois pertinente avec les destructeurs de la France, mais en dernière analyse, elle se comporte davantage en agent de l’islam qu’en défenseur d’une France qui ne veut pas mourir.

Elle est bien loin d’une Zineb, même si celle-ci, très claire sur l’islam, est beaucoup plus ambiguë sur l’immigration, et essaie de sauver son image de femme de gauche en critiquant les Identitaires et Éric Zemmour.

Elle est aux antipodes du formidable  et très lucide Boualem Sansal, de nos amis Pascal Hilout, Hamdane Ammar, Lucien Samir Oulahbib, Zohra Nedaa-Amal, Salem Benammar et de tous ceux qui risquent leur vie en ayant rompu ouvertement avec l’islam.

Bref, les nés-musulmans, devenus apostats, sur qui compter pour débarrasser la France de l’islam se comptent sur les doigts de la main.