Le Marseille de Macron-Mélenchon donne raison à Zemmour : qu’il tienne bon!

La semaine dernière, j’écrivais un édito intitulé « Mobilisation générale de l’Etat profond contre Eric Zemmour ». Le moins qu’on puisse dire est que les faits m’ont donné largement raison.

Mobilisation générale de l’État profond contre Éric Zemmour

Toute la caste politicienne, journalistique, judiciaire, associative, syndicale, artistique, est mobilisée pour détruire, par tous les moyens, Eric Zemmour, et une candidature qui dérange le système.

L’objectif paraît clair : à travers la délation de sa vie privée supposée, et le guet-apens marseillais, il faut montrer aux Français que cet apprenti politicien n’a pas le profil pour postuler à l’élection présidentielle.

D’ailleurs, avec ses gros sabots, Marine Le Pen arrive à la conclusion souhaitée par ses adversaires, et appelle Eric à rentrer dans le rang, derrière elle, bien sûr. Elle avait fait le même coup aux généraux signataires de la célèbre tribune.

https://www.lepoint.fr/politique/le-pen-tend-la-main-a-zemmour-je-l-appelle-a-se-rassembler-28-11-2021-2454174_20.php

Sauf que la réalité est juste un peu plus compliquée. Depuis qu’il a annoncé sa possible candidature, c’est Eric Zemmour qui impose les thèmes de la campagne. Même les collabos de la Licra sont obligés d’en convenir : les Français partagent son diagnostic.

https://www.fdesouche.com/2021/11/26/sondage-ifop-57-des-francais-estiment-que-nous-sommes-avant-tout-un-peuple-de-race-blanche-et-de-religion-chretienne-50-des-francais-pensent-quun-peuple-en-remplace-un-autre/

Et pour la plus grande honte de ceux qui osent encore contester la réalité du Grand Remplacement, Marine Le Pen – hélas – en tête, le remarquable reportage réalisé par le journaliste du Livre noir Jordan Florentin et son équipe est plus parlant que de longs discours.

Marseille : « Il n’y a pas trop de Français, ils ont déménagé, ils ne sont même pas en France les Français, il y a 80% d’immigration » (Livre Noir, Ep 2)

Bien sûr que Marseille, mais aussi de nombreux quartiers de France et de Navarre, de plus en plus nombreux, est occupée par des personnes qui sont peut-être, pour certaines d’entre elles, Français de papier, mais qui n’ont rien de Français par leur comportement, leurs mœurs, leur langage, leur mode de vie. Ce sont, pour beaucoup d’entre eux, des envahisseurs, des soldats dormants de l’islam, qui, par la loi du nombre, de la ruse ou de la violence, participent au changement de peuple et de civilisation de notre pays. Ce que Renaud Camus, le premier, avait appelé le Grand Remplacement.

La France, à Marseille et ailleurs, compte des milliers de territoires occupés, à cause de la politique menée par la gauche, depuis quarante ans, avec la complicité d’une droite collabo, incapable de lutter contre la destruction de notre pays mise en place par les mondialistes, et accélérée depuis les quinquennats de Hollande et Macron.

A leur façon, Jean Messiha et Kevin Bossuet, enseignant dans le 93, confirment l’œuvre funeste de la gauche dans cette mise à mort de la France.

Marseille, la France créolisée que veulent nous imposer les traîtres Macron et Mélenchon, en est l’illustration absolue. Choupinet, après une visite théâtrale, il y a quelques semaines, a décidé de donner 1,5 milliard de nos impôts à cette ville qui, dans beaucoup de quartiers, n’est plus la France, après que 6 milliards y aient été injectés en vain en quelques années. Quant à Mélenchon, à qui il a été attribué une circonscription sur mesure, il raconte partout que c’est la plus française des villes de notre pays.

Donc, dans ce contexte, les Français, et nous les premiers, s’en foutent de savoir si Zemmour a une relation amoureuse avec Sarah Knafo, s’il est le père de l’enfant que Closer annonce, s’il est toujours en couple avec son épouse ou séparé de corps, s’il fait ménage à trois et de toutes les histoires de « police de la braguette » que les médias mettent en place, spécialement contre Eric.

Ce qui nous intéresse est la question suivante : avons-nous envie que la France, dans dix ou vingt ans, ressemble à Marseille, aux quartiers Est du Paris d’Hidalgo, et à toutes les périphéries islamisées de France ? Autrement dit, qu’elle ne soit plus la France, et qu’elle meure, sous les assauts de l’invasion migratoire, de la démographie et de l’islam.

Ou bien pensons-nous que cette France, que les dirigeants français et les mondialistes ont condamnée à mort, « n’ait pas dit son dernier mot », et que, en votant massivement pour Eric Zemmour, et en l’élisant en 2022, elle n’envoie un sursaut salvateur à l’ensemble du monde, et principalement à l’Occident ?

Il faut le savoir, contre Eric Zemmour et son discours, ils sont tous complices, comme le confirme cet entretien, très complice, réalisé à Marseille, entre le président de la République et Mélenchon. Et là, les antifas, qui se disent anti-capitalistes, brillent par leur absence !

Nous avons vu en œuvre, en 24 heures de visite dans la capitale phocéenne, toute la pourriture du système. Aucun élu, sauf le courageux Stéphane Ravier, ne l’a accueilli. Les journalistes ont participé largement au guet-apens de sa promenade dans le quartier du Panier. L’Eglise catholique islamo-collabo l’a interdit de parole dans le quartier de la Bonne Mère. Les milices antifas ont tout fait pour pourrir sa visite, avec la complicité des autorités, qu’on a connues plus répressives en d’autres circonstances.

Ce Marseille est-il l’image de ce que sera la France dans dix ou vingt ans ? C’est tout l’enjeu de la candidature d’Eric Zemmour, et cela explique l’énergie et la haine que le système – dont le prochain candidat de LR, annoncé le 4 décembre – déploie à son encontre.

Nous n’avons qu’un mot à dire à Eric Zemmour, à quelques jours de l’annonce de sa candidature et du meeting du Zenith, le 5 décembre prochain : qu’il tienne bon, car la vraie France est derrière lui.