Le seul renfort de Marine, c’est le boulet covidiste Ménard

Comment ne pas être en accord total avec cette phrase de Marine Le Pen, prononcée en 2018 ?

«Le jour où il y a quelqu’un de plus performant, de plus rassembleur, et qui incarne mieux que moi nos idées, je l’accompagnerai».

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Presidentielle-2022-Le-Pen-envisage-de-ne-pas-se-presenter-1460900

Le problème est que lorsque cette personne est présente, et s’appelle Eric Zemmour, Marine Le Pen – qui, faut-il le rappeler, lui avait proposé une troisième place sur une liste européenne RN, histoire de l’éloigner de l’Hexagone – tombe le masque. Elle met toutes ses forces, et utilise les plus basses méthodes, pour briser par tous les moyens celui qu’elle considère comme son pire ennemi.

Elle a d’abord repris toutes les saloperies de la caste contre Eric, y compris sur les enfants handicapés, et participe donc activement à la campagne de diabolisation contre le président de Reconquête.

A présent, la voilà qui se livre à un chantage affectif ignoble contre sa nièce, qu’elle a pourtant maltraitée lorsqu’elle était député FN, à l’âge de 22 ans, et contre qui elle voue une jalousie maladive. Elle menace grossièrement les cadres du RN qui ne partageraient pas la pertinence de sa candidature, et envoie sa garde rapprochée les intimider. Un fonctionnement de parti digne des pires méthodes staliniennes.

Et pourtant, les faits sont là, très têtus. Nous sommes fin janvier, et Marine n’a toujours pas tenu un meeting de campagne. Il n’aura lieu que le 5 février prochain, à Reims. Qui voit des affiches de la présidente du RN sur les murs de France ? Qui est capable de dire que la période électorale, habituellement propice à des adhésions massives dans les partis dont le candidat postule à l’Elysée, voit affluer des milliers d’adhésions nouvelles au parti de Marine Le Pen ? C’est juste tout le contraire, dans presque tous les départements, les équipes de base rejoignent Reconquête, et nombre de cadres font la grève du militantisme, assurant un service minimum.

Normalement, quand on postule à la victoire, et à diriger la France, on annonce plein de ralliements, on montre qu’on a une équipe autour de soi. Or, la seule équipe qui entoure Marine, c’est la garde prétorienne d’Hénin-Beaumont, de qui il se dit que le recrutement s’opère sur des bases communautaristes fort éloignées de l’étique républicaine.

Quelle est la seule recrue que Marine peut présenter ? L’ineffable Robert Ménard, celui qui lui a dégueulé dessus pendant des années, celui qui disait qu’elle était la machine à perdre du camp patriote.

C’est la seule recrue qu’elle peut présenter, et encore, ce donneur de leçons passe son temps, entre deux saloperies contre son « ami » Eric Zemmour, à lui donner des leçons sur un ensemble de sujet, et notamment sur la crise sanitaire, sujet sur lequel il se comporte comme un ayatollah de la vaccination obligatoire.

https://www.bfmtv.com/politique/elle-a-tort-robert-menard-critique-la-position-de-marine-le-pen-et-defend-pass-sanitaire-et-obligation-vaccinale_AV-202107210427.html

Le dernier exploit de celui que nous n’appelons plus que Bob Ménard a été de voler au secours de Castex, chahuté à Grenoble, confirmant les suspicions de ceux qui le voient prochain ministre de Macron.

Donc, le seul renfort que peut présenter Marine, qui assure vouloir gouverner la France et être en mesure de gagner au deuxième tour, c’est le maire de Béziers, qui passe son temps à lui donner des conseils (avec quelle légitimité ?) et qui est prêt à la planter si Macron lui propose un maroquin.

La comparaison est cruelle avec le camp d’Eric Zemmour. Il suffit de regarder le meeting de Cannes, et d’écouter les discours de tous ceux qui ont choisi de rejoindre Reconquête et son candidat.

Frédéric Poisson, Laurence Trochu, Jacline Mouraud et Benjamin Cauchy, animateurs historiques des Gilets jaunes, Philippe de Villiers, Guillaume Peltier, Jérôme Rivière, Gilbert Collard, Damien Rieu… et plus de 80.000 adhérents à Reconquête en moins de huit semaines ! Et on apprend ce jour le ralliement du plus vieux parti de France, le Cnip.

En attendant ceux du sénateur Stéphane Ravier, du député européen Nicolas Bay et de Marion Maréchal, que toute la France attend.

Le gouvernement Marine, pour l’instant, c’est Ménard et Hénin-Beaumont, cela fait un peu léger. Manifestement, la cheftaine du RN ne croit pas une seule seconde en ses chances, et elle blinde son appareil pour survivre à l’après élections présidentielles et législatives.

Seul le système lui maintient la tête hors de l’eau, car Macron veut à tout prix l’avoir comme adversaire au deuxième tour. Mais dans les faits, sur le terrain, la réalité parle : l’alternative patriote, ce n’est plus Marine, c’est Eric.

On assiste dans le camp patriote, à un refus clairement exprimé de l’hégémonie du camp Le Pen depuis quarante ans, quels que soient les mérites de Jean-Marie et de Marine. Les gens ont envie d’autre chose, ils en ont marre de perdre tout le temps. La dynamique est clairement du côté d’Eric Zemmour, dont les scores sont diminués de manière caricaturale dans les sondages.

Marine n’a aucune chance face à Macron ou un candidat européiste. Pécresse, c’est la garantie d’une nouvelle trahison de LR.

Le seul qui puisse rassembler le camp patriote, et empêcher le mauvais scenario de 2017, c’est Eric Zemmour, c’est d’ailleurs pourquoi les plaintes affluent contre lui, et que les journaleux de propagande passent leur temps à le calomnier matin midi et soir.

Le seul qui nous rend fiers d’être français, à chaque débat télévisé ou à chaque meeting, c’est encore Eric Zemmour.

D’où la raison de l’engagement sans faille de Riposte Laïque derrière sa candidature, depuis le début…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*