J’espère que les Français vont nous débarrasser des criminels covidistes

Le Conseil fédéral suisse a donc décidé, ce jeudi 17 février, de mettre fin à toutes les restrictions sanitaires mises en place depuis deux ans. Certes, nos voisins helvétiques n’ont pas été aussi loin que Macron et d’autres dictateurs covidistes, mais la population, habituée aux libertés bien plus que chez nous (on vote très souvent, et ils n’ont pas les lois Pleven-Gayssot-Taubira) supportait de moins en moins les dernières restrictions qui demeuraient.

Chez nous, le régime envisage, par la voix de son freluquet de porte-parole, Gabriel Attal, si les Français sont bien sages, de « suspendre », et surtout pas de supprimer, le passe sanitaire, devenu vaccinal, le 15 mars. Juste avant les élections. Donc, encore quelques longues semaines à attendre. On sent que les covidistes et leurs propagandistes aimaient bien ce régime restrictif et la pression permanente mise sur les habitants de notre pays. Ils appréciaient de pouvoir insulter impunément ceux qui ne se sont pas vacciner.

Nous allons donc peut-être, en France, retrouver le droit, durant quelques semaines, de mener une vie normale, après que, pendant deux années, de nombreux plaisirs de l’existence nous ont été volés. Mais, connaissant le régime de Macron, iront-ils aussi loin que les Suisses ? Serons-nous enfin débarrassés de l’infâme muselière dans les magasins ou sur les lieux de travail ? Les non-vaccinés seront-ils réintégrés à leur travail, et indemnisés pour le lourd préjudice qu’ils ont subi ? Les jeunes non vaccinés pourront-ils reprendre le sport, ou leurs activités culturelles ? Retrouverons-nous notre liberté de déplacement, sans la moindre condition ? Les restaurants et les bars qui auront survécu à ces deux années de cauchemar seront-ils débarrassés de toute mesure de contrôle ?

Et surtout, les Français vont-ils faire payer à Macron et sa clique toutes les restrictions subies pendant deux années, ou bien (si Macron ose se présenter, malgré un dossier encore plus accablant que celui de Hollande), vont-ils éviter le piège de Macron, qui va axer toute sa campagne en se présentant comme celui qui a sauvé les Français de la catastrophe sanitaire ? Écouteront-ils les propos accablants du professeur Perronne, interrogé par Ivan Rioufol sur CNews ?

Les Français vont-ils faire payer, dans les urnes, les pires covidistes ? Vont-ils châtier les défenseurs de la vaccination obligatoire que sont Jadot, Mélenchon et Roussel ? Vont-ils châtier la botoxée Pécresse, qui a appelé ses troupes à voter le passe vaccinal, ce que fit le caniche Ciotti ?

Vont-ils faire le parallèle entre le traitement que le fasciste de gauche Trudeau inflige aux Canadiens, à Ottawa, et celui que Macron a infligé aux non-vaccinés qu’il se vante d’emmerder ?

Vont-ils intégrer l’idée que même si Marine Le Pen et Éric Zemmour ont été loin, durant ces deux années, de tenir des positions semblables à celles de Florian Philippot, jamais ils n’ont envisagé de mesures aussi liberticides que celles de Macron et de tous les candidats de gauche ?

Certes, Éric Zemmour a raison d’affirmer que la priorité, c’est de sauver la France, mais ceux qui veulent la tuer sont les mêmes que ceux qui ont mis fin à nos libertés les plus fondamentales pendant deux années, et qui rêvent d’installer une dictature numérique et un contrôle social à la chinoise.

Alors, pour sauver la France et retrouver nos libertés, il faudra éradiquer les covidistes et leurs agents de propagande, dans les urnes, mais aussi dans les tribunaux, quand il s’agira de régler les comptes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*