Si cela était à refaire, faudrait-il soutenir Eric Zemmour ?

Un an après le meeting fondateur de Villepinte de décembre 2021, se tenait le meeting de rentrée d’Eric Zemmour, marquant justement le premier anniversaire de Reconquête (quel beau nom !).

Bien évidemment, les médias de grands chemins, qui ont joué tout leur rôle, durant toute la campagne, pour lyncher quotidiennement Éric Zemmour, ironisent à qui mieux mieux pour montrer que ce parti et ce candidat, qui leur ont fait tant peur, sont aujourd’hui à l’agonie.

Pourtant, là où il y a des résistances de terrain, il y a, partout en France, la main des militants de Reconquête.

Bien évidemment, le parti présidé par Éric Zemmour n’est pas au mieux, puisqu’il doit faire face à une double déception : le score de 7 % aux élections présidentielles, et, en toute logique, le faible score qui a suivi, aux législatives.

Bilan : aucun élu, et le parti qui risque de passer de 130 000 adhérents à 50 000.

Un an plus tard, au Palais des Sports, même s’il y avait moins de monde, l’enthousiasme était toujours au rendez-vous, et Éric Zemmour toujours aussi brillant dans ses analyses et sa manière de s’adresser à son public.

Certes, aujourd’hui, le Rassemblement national compte 89 députés, et paraît avoir sauvé son appareil, qui était moribond et criblé de dettes. Mais malgré la qualité de nombreux jeunes députés du parti à présent présidé par le prometteur Jordan Bardella, chacun a compris que ce n’est pas avec l’Assemblée nationale, qui fonctionne à coups de 49-3, avec la complicité des LR et des Insoumis, que les choses vont changer.

Que cela soit à Callac, aux Sables-d’Olonne, à Saint-Brevin, à Luçon ou à Montpellier, ce sont les militants de Reconquête qui, sur le terrain, continuent la campagne électorale d’Éric Zemmour qui, faut-il le rappeler, a tout de même, malgré l’adversité générale, terminé 4e de l’élection, devançant LR, les écolos et les socialauds.

Alors, pour répondre à la question provocatrice du titre de cet édito, bien évidemment qu’il fallait soutenir – même si tout ne fut pas parfait – le candidat Éric Zemmour, lors de la campagne 2021, et qu’il faut militer quotidiennement, dans la rue, contre le Grand Remplacement que veut imposer Macron, et pour cela se battre pour l’Union des patriotes, contre le sectarisme de certains appareils politiques qui rêvent de voir disparaître ce parti et ce candidat qui ont tant fait rêver les Français.

Le seul parti qui est lucide, et trouve les mots justes pour dénoncer le Grand Remplacement, l’islamisation de notre pays et l’ensauvagement de la France, c’est celui présidé par Éric Zemmour, c’est Reconquête.

Donc, si cela était à refaire, bien sûr qu’on recommencerait, et que, comme le chantait si merveilleusement Edith Piaf, « on ne regrette rien ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*